Y a vraiment des jours, je vous jure ...

Publié le par Florian


Vous souvenez-vous de ces journées sponsorisées par le Diable-Satan-Lucifer-Belzébuth en personne ? Ces journées où RIEN NE VA COMME IL FAUDRAIT QUE CELA AILLE. Ces journées qui ne donnent lieu qu'à une seule envie (ce qui est, convenez-en avec moi, affreusement désespérant) : qu'elles finissent !!!

 Un exemple ? Bien volontiers : C'est l'hiver, ce matin, vous vous levez (du pied gauche) et vous avez la désagréable impression que ce maudis carrelage (ou linoleum, c'est selon) est encore plus froid que d'habitude ... Q'importe ! Une douche d'eau bouillante rétablira l'équilibre, vous dites vous ? Que nenni ! Quand bien même, l'eau eût été à 500 degrés Celcius, vous auriez garder ce froid qui vous glace la moelle et débutez du coup, un fabuleux spleen. Dire que la journée n'a même pas encore débuté ...

Propre, vous vous tenez devant le dressing, constatant, une fois de plus que vous n'avez rien à vous mettre (pourtant Dieu sait si vous en avez, des fringues,  enfin, c'est ce que l'on vous dit ...) ; vous combattez, une fois de plus, cette envie de foutre vos habits au feu ou au mont de piété (remarquez, le feu vous réchaufferait peut-être un peu et le mont de piété serait définitivement une bonne action). Vous optez pour la solution que vous jugez la moins pire (généralement un jean à la cool, un haut sombre et une paire de shoes achetée il n'y a pas si longtemps).

Vous sortez de chez vous avec la ferme intention de vous débarasser de cette triste mélancolie qui vous possède littéralement (oui, oui, je sais, "triste mélancolie" est un pléonasme mais je ne fais que traduire votre état d'esprit et l'esprit humain - surtout le vôtre - n'est pas toujours très cohérent).

Vous arrivez à la station de RER ou de métro et vous constatez que la station sent encore plus mauvais  que d'habitude ... Vous attendez votre RER ou votre métro encore plus longtemps qu'à l'accoutumée (il y a problème sur le réseau, veuillez excuser la RATP pour la gêne occasionnée).  Et, lorsqu'elle arrive, vous entrez péniblement dans une rame bondée (alors là, débat : rame de métro bondée, est-ce un pléonasme ?). Une fois de plus, l'odeur qui s'échappe de la rame ouverte vous fouette le visage, vous vous interrogez nerveusement sur l'hygiène des gens autour de vous et constatez avec abattement qu'il n'est que 9h30 du matin (vous pensez avec frayeur au voyage du retour, ce soir...).

Vous arrivez au bureau en retard (c'est la troisième fois cette semaine) et votre boss vous fait, mine de rien,  les gros yeux. S'il savait ...


Publié dans Me - Myself and I ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pouic 21/11/2005 22:32

ne vous en faites pas pour votre boss ... il n'est pas bien méchant le bougre :)

nani 21/11/2005 11:22

C'est tout à fait ça !! Ca fait plaisir de savoir que d'autres personnes partagent ce type de journée de merde, où notre seule pensée est de rentrer chez soi se lover dans notre lit au chaud !